samedi 24 mars 2018

Pour qu'elle m'entende !



                                          Car comme il en a toujours été, 
                                      c'est seulement à l'heure de la séparation 
                                  que l'amour connait sa propre profondeur. 
                                                         Khalil Djibran





Toi, l'oiseau bleu va vite t'envoler
Pars vers ces montagnes des Pyrénées
Fais un plongeon sur les plaines vertes
Crie fort pour qu'elle te retrouve
La fille de la vallée y est souvent pour s'étendre
A l'ombre de l'arbre qu'elle aurait choisi
Cueille-moi de ces fleurs pourpres qui ne flétrissent jamais
Toi, l'oiseau au regard profond
Admire la beauté du ciel
Quand tu nages sur tes ailes
Et que tu vois planer les nuages
Dessine des arabesques avec tes cabrioles
Et pique du nez vers l'herbe verte de la vallée
Pour y entendre le lys s'enivrer de  sa belle mélodie. 




45 commentaires:

  1. L'oiseau bleu voyageur
    messager sacré des sentiers
    grand voltigeur
    ébauche des volutes des mauresques
    au pays où s'étendre
    s'envole vers la fille le défilé...

    le bel oiseau dans l'azur là-haut
    emporte de douces nouvelles
    en son bec qui tremble

    à s'enivrer du lys dans la vallée
    cueilli sous la verte futaie..

    et la retrouver.....

    merci Bizak pour ta poésie et sa mélodie !

    bisou.

    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que j’aime quand tu divertis le ciel de tes égaiements pour souffler à l’oiseau tes airs majestueux. J’entends tes mots comme un jaillissement d’un ruisseau qui sourit aux anges quand ils s’y clapotent à souhait.
      Merci Den
      Bisous

      Supprimer
  2. Elle t’entend, c’est certain
    La fille aux yeux de lys
    Déjà elle est venue s’asseoir au bout du banc
    Eclairée par les derniers rayons de mousseline
    Qui descendent sur elle
    Elle t’entend, l’oiseau
    Va cueillir sur tes ailes
    Les nouvelles
    Que tu apportes de toi
    Elle entend, c’est certain
    Le parfum de la vie qui passe
    Qui envole les mandolines
    Ploie les voiles des bateaux
    Courbe les pins et les embruns
    Les rochers crissant
    Les sables perlant
    Les assauts de la vague nue
    Qui arrache du temps au temps
    Elle confie ses secrets à l’arbre
    Pour qu’il les redise à l’oiseau
    L’air fraîchit
    Le soir descend
    Elle entend, l’oiseau ,
    Elle
    Entend.

    Bisou
    Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel est cet étendu et beau récital qui épouse le vent, les arbres, les fleurs dans ton infinie effervescence et avec grâce pour dessiner et répandre par tes mots les rêves et les souvenirs qui germinent dans nos cœurs impérieux tels le lys qui naît et garde son parfum raffiné pour faire connaitre au temps son éternité et sa pureté.
      Toujours plus beaux tes mots.
      Merci, Céleste
      Mes bises amicales

      Supprimer
  3. Tellement beau, merci cher Bizak pour ce merveilleux moment douceur! Bise, bon week-end tout doux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Maria-Lina, pour tes jolis compliments
      Bises

      Supprimer
  4. Comment n'entendrait-elle pas, ne sentirait-elle pas, elle aussi, la profonde déchirure de la séparation ? Assise sous son arbre, elle perçoit les cris insistants de l'oiseau bleu et son vol affolé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les cœurs entendent mais parfois se lassent du temps qui s’effrite et ne laisse point de trace, même si les souvenirs s’agrippent à la mémoire inexorablement.
      Bises

      Supprimer
  5. un blues de bleus très très beau

    à suivre...
    je m'envole aussi sur tes mots
    je ne touche plus le sol
    à suivre ainsi l'oiseau bleu
    sur tes arabesques du verbe haut
    éthérées
    à suivre ce beau dialogue par Célestine repris
    aux lys jolis
    à l'oiseau qui dans les nuages si sages nage
    sur ta page en mille images
    à suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très beau poème comme tu sais les faire valser sur la cime des arbres et à la lisère des nuages truculents et impétueux
      Merci ami

      Supprimer
  6. Oiseau bleu
    Oiseau de paradis
    Jonathan Livingstone, goéland de son état
    Hirondelle du faubourg
    Albatros, tout en voiles
    Vous êtes ici chez vous
    Cabriolez, arabesquez
    Survolez, plongez
    Bizaquez, je le redis
    Vous êtes ici chez vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! comme j’aime cette pluie de mots qui tambourine sur les nattes tressées du fil fin de nos rêves. Merci pour ton enthousiasme de bon aloi, cher ami Claude

      Supprimer
  7. Oh elle entendra, sentiras, verras!
    Sous son arbre, elle attend sans pleurer.
    Merci pour ces jolis mots!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel beau souhait, Colo
      Qui vivra verra !
      Merci et belle journée

      Supprimer
  8. Si elle sait parler avec le coeur, elle entendra. Et le bel oiseau lui racontera les pays qu'il a découvert, lui parlera d'amour, de soleil et de fleurs et la fille aura alors des larmes de bonheur et de reconnaissance qui lui viendront aux yeux. Les étoiles les essuieront l'une après l'autre et elles se transformeront en diamants éternels. Bises alpines mon cher poète des sables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! comme ils sont ravissants tes mots quand ils ondulent dans le tourbillon de la bise,et prennent leur envol joyeusement pour s'épandre au large comme un délice loin des tourments de la vie.
      Bises Dédé

      Supprimer
  9. Elle t'entendra, j'en suis sûre, Bizak. Comment pourrait-elle rester insensible à tes mots ? Merci pour ce très beau poème. Bonne soirée à toi. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais tes mots, Françoise, ils sont toujours pleins d'allégresse et essaiment de l'amour comme des marguerites dans un champ de bonheur.
      Merci à toi, Françoise
      Bisous

      Supprimer
  10. on dirait bien qu'il y a une sorte de mélancolie anxieuse dans l'air...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou vois-tu de la mélancolie, Chère amie, quand les mots défilent généreusement dans le ciel bleu et les cœurs de les accueillir comme un chant mélodieux ? Oui, c'est vrai la mélancolie, peut surfer aux alentours, quand les mots s'effritent sans que l'on sache leur destinée.
      Bises

      Supprimer
  11. Ton poème est comme une belle mélodie....le chagrin et l´espoir en même temps....elle entend, j'en suis sûre! Douce pensée cher Bizak. ZaZa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la douceur dans tes mots, du charme dans ta candeur,je t'en remercie ZaZa
      Bisous et belle journée

      Supprimer
  12. L'oiseau est comme un messager qui part chercher des nouvelles de celle qui est partie !Mélancolie et espoir à la fois !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vu juste Daniel, l'oiseau, comme ce pigeon voyageur des temps immémoriaux, sait porter les messages bien loin, dans les contrées bien lointaines.

      Supprimer
  13. Et voilà qu'à l'ombre de la montagne, ton porte-plume devient pinceau...
    Une douce mélancolie charge un bel oiseau de mille couleurs. Et le vent l’emporte…
    Il fera son chemin, trouvera le sien, trouvera le tien. Le banc sera toujours sous l’arbre et la belle assise. Une tiède mélodie frôlera les hautes branches, descendra avec un tintement que tout le monde entend: celui de l'amour.
    Il est des musiques qui ne s’oublient pas…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est beau quand ta plume se met à libeller mot sur mot, tel un parchemin gravé de chant et de poésie pour séduire sa bien aimée et lui faire la promesse d'un jour pourtant, un jour viendra couleur d'orange.
      Oui cher letienne, il est des musiques qui ne s’oublient pas...

      Supprimer
  14. Ta poésie me plonge dans un tableau d'un réalisme inouï quand tu distilles tes mots dans ce bouquet de douceur au parfum de friandise. On ne peut qu'y revenir encore et encore en abusant sans cesse de cette insatiable gourmandise.
    Merci Bizak pour ces petits moments de plaisir ...
    Mais soudain les mots s'interrompent, les émotions se vaporisent et dans un souffle je t'envoie une bise pour te souhaiter une bonne nuit Bizak ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et dire que tu me disais:je ne suis pas trop versé dans la poésie, même s’ils ne sont pas( tes mots) aussi « poétiques » que ceux que je lis de-ci de-là; Et voilà que je lis maintenant ton sublime commentaire dont les mots planent et s’exaltent d'eux même, comme une pluie douce tombant un jour de printemps.Une pure merveille de poésie, je trouve.
      Merci Viviane
      Belle nuit à toi aussi
      Bises

      Supprimer
  15. L'air printanier a guidé cet oiseau bleu et la belle est touchée par cette corbeille de mots, c'est certain... Douce journée à toi, vive la poésie encore et toujours. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifiques que tes mots chère Brigitte, ils sont doux et charmants.
      Merci
      Bise

      Supprimer
  16. L'oiseau bleu est venu lui murmurer des mots doux à l'oreille et elle attend sereinement sur le banc encore ensoleillé et l'oiseau s'est trouvé une jolie place sur la branche pour lui tenir compagnie en chantant. Merci Bizak pour ce magnifique poème.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! comme c'est réconfortant d'imaginer l'oiseau sur la branche en lui tenant compagnie. La poésie nous ouvre les portes les plus récalcitrantes et nous permet de voir l'horizon plus agréable.
      Merci Denise pour tes mots superbes
      Bisous

      Supprimer
  17. La profondeur de l'amour vient du partage, des sentiments, des gestes, de la couleur des mots, de ce que l'oiseau, chargé par l'amoureux, va porter à la belle. La profondeur de la séparation n'est que noir déchirement de l'irréversibilité . Soupirs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Combien le ressentent l’amour comme tu le dis ?! si ce n’est qu’une fois séparés, les « aimants » cherchent à s’attirer beaucoup fort qu’avant, mais il est vrai aussi que plus loin ils se trouvent plus longtemps ils restent séparés et l’amour creuse alors dans toute sa profondeur.

      Supprimer
  18. Ton oiseau bleu,
    Sur ses ailes
    Emporte amour et promesses
    Regrets aussi peut-être...
    La fille de la vallée
    L'attend sûrement
    Avec des fleurs de tendresse!
    Quel message lui confiera-t-elle?
    ****
    Ton poème m'a fait penser à une chanson basque qui se chante aussi dans les montagnes...
    ***
    Hegoak (les ailes)

    Je te mets la traduction:
    "Si je lui avais coupé les ailes
    Elle aurait été mienne
    Elle ne serait pas partie
    Mais ainsi
    elle n'aurait plus été un oiseau
    Et moi, c'est l'oiseau que j'aimais
    ***
    Hegoak

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme il est beau ton poème, il vole de ses ailes joyeuses pour répandre des chants que ton coeur sait dire. La chanson basque est un peu nostalgique et triste à la fois, mais elle est belle.
      Merci chère Marie

      Supprimer
  19. Comment pourrait-elle se montrer insensible aux arabesques qui se dessinent sous ses yeux? Sans qu'il le sache, l'oiseau bleu ouvre une voie en elle, puisque chaque jour, que le ciel se fait jour, elle retourne sur ce banc de rendez-vous avec l'oiseau bleu. Puis, un matin, tôt, elle le surprend, se lève de son banc. Le chant de l'oiseau bleu, de la veille, ses multiples spectacles d'arabesques gravées en "aile" glissent dans ses pas, et c'est elle qui se met à danser, à danser, à danser...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et c'est elle qui se met à danser, danser, danser... pour qu'il l'enchante.

      Supprimer
    2. Ah ! ma chère amie, quand tu fais tanguer les mots, tu leur attaches des tendresses qui vrillent dans le ciel et qui font s’extasier les cœurs des amoureux. D’un trait de mots tu y fais naître les arcs en ciel du bonheur.
      Merci chère poétesse

      Supprimer
  20. Elle entendra. C'est sûr. Mais est-ce parce qu'on entend qu'on répond ?
    En tout cas, cette poésie-là, la tienne, si belle, si délicatement posé sur la page de ton cœur, me parle si fort...
    Belle journée.
    Fabrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fabrice de poser ici tes gentils mots que je prends comme une douce amabilité.

      Supprimer
  21. * si délicatement poséE (c'est quand même mieux, ainsi corrigé)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, si tu le veux, mais cela ne change rien à la beauté de tes mots.

      Supprimer
  22. Bientôt sur les sentiers des Pyrénées....bizak , je rencontrerai ton oiseau bleu , je te raconterai... pas avec tes jolis mots mais en photos !
    merci pour ce beau billet! je t'embrasse
    Moi, petite pause pour quelques balades ,je serais dans le bleu de Lectoure.. Sur les chemins du Gers...a bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! comme c’est très attentionné de ta part, chère noêlle, si tu me racontes avec des photos que tu aurais prises dans cette jolie région. Tu me diras alors si le soleil fait encore des virées là-bas.
      Je t’embrasse aussi chère amie

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...