mercredi 24 janvier 2018

Mes doux papillons dorés



         " L'enfance a cela d’ineffable qu'on peut épuiser sur elle tous les amours."     Victor Hugo



Rappelez-vous doux papillons bariolés de pigments
Vous gambadiez, vous tournoyiez au vent
Je vous talonnais, j'aimais vos teints soyeux
Mes jambes frêles me portaient pleinement
Pour m'accrocher à vos ailes grêles et  chamarrées
Les fleurs pavoisaient le paysage fastueux
Elles égayaient le jardin de mon enfance
Ma mère seule se souvenait de mes batifolages
Elle me ramenait cahin-caha au seuil de la maison
Tout plein d'épines et de ronces sur moi
Je pleurais alors tout mon saoul
Je pleurais de voir voleter sans moi
Mes doux papillons dorés.

50 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce joli texte à la fois enjoué (chamarrées, pavoisaient, égayait, batifolages) et nostalgique (pleurais, sans moi). Illustre bien le côté éphémère des papillons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir est dans le batifolage ! autant prendre la vie comme elle est, pas trop sérieuse.
      Bien à toi

      Supprimer
  2. Le printemps serait il arrivé chez toi, Prince du désert ? Je sens la sève qui monte, les arbres qui verdissent, la palette des couleurs qui explose, les mots qui s'accrochent en cascade à une partition de notes légères et enjouées.
    Les papillons ne t'appartiennent pas; ils ne volètent pas sans toi mais au dessus de toi.....ils mènent leur vol, savourent cette renaissance et toi seul sais sentir leur imperceptible présence.
    Il y aurait beaucoup à dire sur ce mot -batifolage- mais depuis quelques temps l'actualité se déchaîne sur l'acceptation seconde du terme.
    Cadeau de ma journée : Ta poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le printemps est dans ma tête, surtout quand le soleil est quasi permanent ici. Oui les papillons volètent au dessus de moi, et j'aime quand ils se mêlent aux fleurs, on ne distingue plus de ce qu'est la fleur ou le papillon. Batifoler, je le prends dans son sens le plus joyeux et le plus enjoué.
      Je suis très charmé que mon poème te plaise.
      Merci à toi, Chinou

      Supprimer
  3. Coucou mon ami poète. Et bien moi qui te souhaitais une bonne pause ce matin, je vois que tu reprends vite et cela pour notre plus grand plaisir. J'aimais aussi gambader derrière les papillons quand je me baladais dans les prés. Aujourd'hui, je les observe et les laisse voleter à leur guise, je suis moins rapide. :-) Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j’ai fait une pause assez longue, et la première idée qui m’était venue pour la reprise de mon blog, c’était : Chanter les papillons de mon enfance ! Je suis ravi de te ramener aux souvenirs de tes galopades d'enfance après les papillons.
      Mes bises rayonnantes, chère amie Dédé

      Supprimer
  4. Hola Bizak! Justement hier j'ai vu le premier papillon de l'année. C'est encore l'hiver pour un bout de temps mais deux jours de soleil et hop!
    Ton joli poème me parle car, petite, j'adorais faire une douce chasse aux papillons: je les attrapais avec un filet, les admirais et les laisser repartir.
    Gracias, un beso!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je suis sensible à cet entrain magnifique de ta part aussi, Colo, je vois que les papillons nous ont toujours fascinés, émerveillés, par le fait qu’ils soient toujours présents dans notre environnement, que ce soient dans les prairies, les jardins, les forêts, ils étaient aussi présents que les fleurs.
      Bisous, Colo

      Supprimer
  5. Ah quel joli poème qui s'accorde si bien avec ma nouvelle bannière...
    Tu sais combien j'aime les papillons, ces fleurs volantes comme je les appelais quand j'étais enfant. je croyais vraiment que les fleurs se détachaient de leurs tiges pour aller se poser un peu plus loin...
    Je suis heureuse de te revoir prendre la plume.
    Et pour répondre à Chinou, je crois qu'il n'y a aucune confusion possible entre batifoler et certaines choses affreuses dont on parle en ce moment et qui n'ont strictement rien à voir avec ce joli mot.
    Un mot plein de légèreté, de gentillesse et d'humour. Un mot un peu enfantin qui me fait penser à la chanson du grand Georges
    « La chasse aux papillons »
    Merci pour ce grand vent frais et doux à la fois
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que les papillons sont ces lépidoptères qui rayonnent le jour et scintillent la nuit comme une constellation d’étoiles et que tu en raffoles dans tes pérégrinations célestes et printanières.
      Merci aussi à toi pour tes mots toujours élogieux et gentils à mon endroit.
      Bise

      Supprimer
    2. J'avais pris le terme dans sa seconde acceptation "se permettre des libertés avec une femme". Je n'aime pas lorsque les hommes SE permettent ! Le sens premier , lui, me plait et me donne des envies d'évasion et d'insouciance . Bonne journée mes amis, je pars chasser "l'isabelle"
      http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18674570&cfilm=46422.html

      Supprimer
    3. Fais gaffe Chinou que tu ne fasses la rencontre avec la Mégère ! Mais tu peux aussi faire la connaissance de La Belle-Dame ^^

      Supprimer
    4. La mégère et la belle-dame sont donc des noms de papillons ?
      C'est amusant, le mâle de la Mégère s'appelle le Satyre !
      A ne pas rencontrer non plus !
      En attendant, je préfère le lutin mystérieux ou le grand Apollon... :-)
      Je t'embrasse en battements d'ailes et de coeur, mon Prince des sables
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Je ne connaissais pas le grand Apollon que tu cites, ni le lutin mystérieux, mais il faut dire qu’il y’a autant de noms que de variétés de papillons tellement il y’en a de multiples dans leur classement. Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Papillon_(nom_vernaculaire)
      Merci Céleste pour ces précisions
      Je t’embrasse aussi.

      Supprimer
  6. Tu es chanceux! Ici les papillons sont un souvenir, le soleil est en passe de l'être aussi. Mais dans mon cœur il fait beau, d'autant plus quand je lis tes vers virevoltants et bigarrés. C'est doux et lumineux comme un velours...
    Bises gaiement reconnaissantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Dans mon cœur, il fait beau, d’autant plus quand je lis tes vers virevoltants et bigarrés. C’est doux et lumineux comme un velours » ! Comme c’est gentiment dit, La Baladine et de plus avec une si belle poésie, merci de tout cœur, chère amie, toi qui doute de tes envolées prodigieuses et belles, c’est bien servi. Les papillons qui sont les charmes du jardin, nous consolent et nous envoûtent, je suis ravi de te faire revivre tes souvenirs d’enfance.
      Mes bises joyeuses, chère amie.

      Supprimer
  7. Les papillons sont des fleurs vivantes.
    Comme tu parles bien de l'enfance avec un doux accent plein de nostalgie.
    Ah! L'enfance...
    (Chez nous, j'ai déjà vu les abeilles batifoler... J'aime ce mot si champêtre)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! oui, les abeilles batifolent aussi et j’aime autant que toi, ce mot si champêtre et aussi « plein de légèreté, de gentillesse et d’humour » comme le dit si bien ,Célestine.
      Merci Letienne

      Supprimer
  8. C'est non seulement charmant mais si bien imagé, quel enfant n'a pas cherché à attraper ces couleurs s'envolant capricieusement de fleur en fleur? Et les mamans qui sourient, veillant à ce que nous ne tombions pas, et que nous restions bien bredouille de la chasse aux merveilles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu as raison Edmée de rappeler ces charmes de la vie que vivent les enfants dans leur innocence et leur gaieté. Tout le bonheur était dans ces menus bondissements, galopades après tout ce qui les entoure, animaux des champs, oiseaux, papillons et tout ce qui excite leurs curiosités. C’était toujours magique de vivre ça.
      Bien à toi Edmée, bises.

      Supprimer
  9. Quel joli poème cher Bizak. Lorsque j'étais enfant, j'en voyais beaucoup avec de superbes couleurs. Tes mots me font revivre ces moments-là et ton poème me fait chaud au coeur. Un grand merci et je te souhaite un très bel après-midi avec des papillons dans les yeux.
    Mes amitiés et bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que tu ne resterais pas insensible aux virevoltages des beaux papillons dans leur étendue fleurie, quand tout est joie, amour, cœur envolé. Oui, Denise, je sais, tu es fébrile aux moindre frétillements de leurs ailes.
      Bisous et belle journée.

      Supprimer
  10. Tu reviens avec les premières violettes et les papillons sont sans doute en chemin. Comme toi j'aime leurs vols froufroutant, si légers que le vent les emporte et leurs couleurs de soie qui font pâlir certaines fleurs.
    Au pays de l'enfance, on s'émerveillait ainsi de mille joies et chaque jour était cadeau.
    Merci Bizak pour cet heureux moment de nostalgie,soyeux comme un jour de printemps. Bises océanes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Poétesse, comment ne pas s’émerveiller aussi quand tu dessines par tes mots diaprés de couleurs, le dandinement de ces belles créatures qui font naître le printemps riant sous nos yeux ébahis. Comme c’est beau : « … Et leurs couleurs de soies qui font pâlir certaines fleurs. »
      Merci de tout cœur, Balaline
      Bises méditerranéennes

      Supprimer
  11. Tes mots sont subtilement choisis. Ils nous renvoient immédiatement l'image de tes "papillons dorés" ... C'est un ravissement pour moi qui n'en vois plus beaucoup dans nos jardins.
    Le souvenir des papillons qui "tournoient" me revient ... je vois jouer ces papillons blancs (les plus courants ici)... je les admirais sans bouger ... ne pas les déranger surtout ...
    Merci Bizak pour ce petit moment de douceur que tu viens de poser sur des journées un peu trop grises ...
    Je t'envoie mes bises et te souhaite une belle soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu disais, dans un de tes commentaires chez toi, pour tes « écris » : « j’ai du mal à les qualifier de « poèmes » étant donné que je ne réponds à aucune règle en la matière ». Pourtant tes mots, Viviane, gambadent joliment quand ton cœur les prend sous sa houlette, ils sont la poésie, point besoin de les mesurer à l’aune des règles quelconques. Ton com présent en est l’exemple et les mots sont « subtilement choisis et beaux» ^ ^
      Merci Viviane
      Je te renvoie des bises printanières précoces

      Supprimer
  12. L'enfance et son innocence. L'enfance qui nous apprend, nous en fait voir des choses nouvelles et créé des mondes nouveaux aussi, des aventures qui n'auront son temps, qui bien que disparue à l'âge adulte, on en garde une belle nostalgie.
    Quelle belle évocation de l'enfant qui voit et ressent les choses que les autres ne voient ni ne ressentent, ou alors bien différemment. Les papillons sont un symbole.
    Très heureux de ton retour, cher Bizak.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais si c’est de la nostalgie d’enfance, à l’âge adulte, mais je garde de mon enfance, la pureté des choses de la nature, j’étais né en plein espace vert, entouré de jardins, de ruches d’abeilles, de chiens, de chats, d’arbres fruitiers et c’est tout ce que je connaissais jusqu’à ce que je sois allé à l’école. Oui Patrick, je ne suis pas encore sorti du monde de mon enfance et je crois que c’est ce qui me protège quand la désolation du monde bétonné d’aujourd’hui, me sidère.
      Bien à toi Patrick et merci pour ton com.

      Supprimer
  13. La fraîcheur de l'enfance, sa joie sans calcul... pourquoi ne gardons-nous pas cette légèreté ? Existe-t-il des cours du soir pour rattraper ce temps ? Merci Bizak pour cette lumineuse et énergisante évocation.Doux week end à toi. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il existe des cours pour rattraper le temps, chère Brigitte : Il faut juste vivre le moment présent, point de s'encombrer du passé ou de l'avenir, sauf comme pour le passé, quand il s'agit de ramener du chaud au coeur, avec les moments vécus dans la légèreté, l'insouciance et l'innocence de notre enfance.
      Merci à toi aussi Brigitte pour tes passages qui me font plaisir.
      Maintenant de retour de ma pause, je repasserais lire plus souvent tes billets qui sont si enrichissant.
      Beau week end, Brigitte
      Bises

      Supprimer
  14. Les papillons sont des fleurs magiques offertes par le vent à tous ceux qui ont un cœur d'enfant. Ils ont les couleurs soyeuses de leurs rêves et de leur imagination!...Avec eux, ils prennent leur envol vers des ciels de liberté.
    Un joli poème qui a la légereté des ailes de papillon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est joli ce que tu dis Marie, "les papillons sont des fleurs magiques". Ton âme de poète ne saurait dire autrement quand le coeur parle et les rêves éblouissent.
      Merci Marie

      Supprimer
  15. Oui bizak, je me souviens de mes "doux papillons" ton poème nous redonne envie de batifoler ! quel joli mot et quel joli poème !en te lisant je pensais au poème de E.Guillevic " Sous les herbes, ça se cajole.."
    Merci au poète de revenir parmi nous !
    bizak, je t'embrasse, bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certainement que tu pensais à son beau poème: Le papillon

      "Je suis le papillon,
      Disait-il,
      Ce n’est pas moi la fleur.

      Moi, je m’ennuie,
      Disait le papillon,
      Quand je ne chante pas.

      Oui, ma vie sera brève,
      Disait le papillon,
      Mais quelle vie !

      Avec ces couleurs-là,
      Disait le papillon,
      Ça ne devrait jamais finir."
      Ravi Noelle, que ça te redonne envie de batifoler, j'en suis enchanté.
      Je t'embrasse aussi chère amie

      Supprimer
    2. bizak c'était "Sous les herbes, ça se cajole,
      Ca s’ébouriffe et se tripote,


      Ca s’étripe et se désélytre,
      Ca s’entregrouille et s’entrefouille,


      Ca s’écrabouille et se barbouille,
      Ca se chatouille et se dépouille,


      Ca se mouille et se déverrouille,


      Ca se dérouille et se farfouille,
      Ca s’épouille et se tripatouille

      DSC00863.JPG



      Et du calme le pré
      Est la classique image."
      Bises

      Supprimer
    3. Oh! comme ça tripatouille de propos rabelaisiens et amusant, bon enfant et à fleur de champs. Mais c'est très beau, merci noelle

      Supprimer
  16. Ces merveilles de la nature font rêver les enfants qui voudraient s'envoler et batifoler dans l'air de la campagne et sur les fleurs odorantes, tu me fais revivre ces moments effacés où nous étions toute innocence ...
    Bises Bizak !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me fait plaisir Marine que cela remette au jour, ces moments du passé où nous étions toute innocence. Je comprends que cela ne te laisse pas insensible, ton âme de poète trépigne quand on revit ces fastes et ces joies que nous vivions alors, dans toute la simplicité de la vie.
      Bises

      Supprimer
  17. Ta nouvelle image est splendide et beaucoup plus lumineuse.
    Tes mots n'en sont que plus poignants, dans ce moment particulier où l'on va chercher dans son enfance les blessures de sa respiration intime pour comprendre l'air d'aujourd'hui.
    Bisous en passant beau poète
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis que tu te confrontes à tes propres souvenirs d'enfance, j'ai comme un appel à me plonger aussi dans mes évocations propres dans ce que j'ai gardé "ancrés" au plus profond de moi pendant ma petite enfance.Avec mes parents, je n'ai pas eu des rapports particulièrement douloureux. Je crois que mes dix premières années, s'étaient passées sans trop de troubles, mais même parfois avec des souvenirs intenses de joie, d'aventures, où parfois je frôlais des dangers sans que j'aie pris conscience de la gravité de la situation. Ah! l'innocence de l'enfance.
      mais l'image des papillons reste indélébile dans ma mémoire, avec la multitude de variétés que j'ai égratignés, malaxés, tortillés, que je regrette bien sûr.
      Bisous ma chère princesse

      Supprimer
  18. Ton image est si jolie qu'on a envie de danser avec tes papillons...
    Je t'offre ce poème:
    http://marie-aupaysdesimagesetdesmots.blogspot.fr/2010/06/blog-post_24.html

    " Ouvre-moi tes ailes
    Joli papillon!
    Ouvre-moi tes ailes
    Et ton cœur tout rond!
    Nous irons toucher
    Les nuages blancs.
    Nous irons danser
    Sur les fleurs des champs"

    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie pour ce joli poème, il est vraiment sublime, j'ai pu le lire entièrement sur ton blog, poème publié depuis un bail, en 2010. Et puis son titre: "L'enfant et le papillon", lui donne plus d’attendrissement et d'émotion. Merci de tout coeur Marie
      Bisous

      Supprimer
    2. En photo c'est ma petite fille, elle adorait courir après les papillons....Maintenant elle est grande: 12 ans, elle a oublié les papillons.

      Supprimer
    3. Quelle petite fille magnifique, elle doit aimer la poésie, elle aussi. Merci Marie, à cet âge. Merci Marie

      Supprimer
  19. C'est une ode à l'enfance, un poème sur l'éternelle liberté de l'enfance! Très touchant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alezandro, oui, c'est une ode à l'enfance !
      Bien à toi

      Supprimer
  20. J'adore ta nouvelle image !
    Bisous bizak

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir était pour moi, merci noelle.
      Bisous chère amie

      Supprimer
  21. merci bizak pour les "papillons que j'aime" !
    un cadeau qui chante en mots.
    Je t'en brasse et respire les senteurs du brin d'an qui re-vient.
    Den

    https://youtu.be/rKl2lhACW4A


    ***


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! comme c'est joli: "Brin d'an" ! Merci pour ce joli poème de Gérald De Nerval, lu par une si jolie voix.
      Je t'en brasse tous les papillons du monde, chère Den.

      Supprimer