jeudi 4 janvier 2018

Mon blog en pause


Je vous laisse mes chères lectrices, mes chers lecteurs avec cette citation de Djibran Khalil Djibran:

      Le musicien peut chanter pour vous la mélodie qui est en tout espace. Mais il ne pourrait vous donner l'oreille qui saisit le rythme, ni la voix qui lui fait écho.



mercredi 20 décembre 2017

Le bal des mouettes






Il flotte dans le ciel des mouettes égayées
La mer les a transportées sur le toit de ses vagues
Elles plongent dans le fil rasoir de leur fougue
Comme une formidable mêlée aérienne
Le soleil dans ses éclats dardant et enfiévrés
Leur jette des étincelles à leurs yeux grands ouverts
La danse n'en finit pas jusqu'au crépuscule
La girandole enflammée se débine harassée
Il est temps de passer la main au grand astre de nuit
Pour que les étoiles prennent leur bain magique
Et que la mer se ressource et se prélasse allègrement

mardi 12 décembre 2017

La vie en bandoulière

                                     Les escaliers de Montmartre-Paris- photo prise par Brassaï


Je remets des flammes dans la tiédeur du temps
Je marche comme un aigle qui oublie ses ailes
Ne sachant comment le vent tournerait
J'ai voulu comprendre les nuages
Ils m'ont souvent fait montre de générosité
Parfois ils sont cafardeux et lents
Parfois ils planent gaiement et frileusement
J’aimais les nuages pour leur pouvoir d'enchantement
Je ne savais traîner dans les rues
Sans qu'on ne se fît des amabilités
J'ai beaucoup appris d'eux
Ils m'ont toujours montré le bon chemin
Pour me rappeler que la vie est aussi changeante
Que le temps qui fait en chaque saison


samedi 23 septembre 2017

Mon temps voleté !



... Eh ! Qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?                      J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !                                                                                                                                                               Charles Baudelaire

Quelques impondérables m'éloignent de la blogo...
Il m'arrive d'être pris par un genre de saudade et de ne pouvoir tournoyer avec les mots. Peut être est-ce l'entrée de l'automne qui me tortionne. J'ai peur d'être fastidieux, alors je me terre, je me tais et je lis quand je ne peux rien absorber d'autre.
Désolé mes amis, d'être absent pour quelques petits jours, je vous laisse mes quelques mots pris au vol :



Le temps, mon temps voleté
Mes nuages survoltés
Soleil en panne d'amour
Je glisse dans mon miroir
Je le cueille et lui souffle des mots
Il tremble et ne dit mot
Le temps, mon temps délabré
Mes tempêtes grisées
Je cueille mes doigts enfouis
Dans le sable des océans solitaires
Et découvre l'amour nu
Accroché à ma vague de vie.


 
                                                                                                  


lundi 11 septembre 2017

Qui sait un jour peut être, je t'écrirais...!

                                               

Nous sommes comme les noix : nous devons être brisés pour être découverts.
                                                                        Khalil Djibran




Je t'écrirais un jour peut être une lettre, pour connaitre la couleur de tes yeux, de tes cheveux, comment ils brillaient dans le silence de la nuit et sous les étoiles fleuries.
Tu me diras alors, pourquoi quand tu marchais, tu faisais des pas de danse et que ta silhouette ressemblait à une île inconnue même des immortels.
 La cadence de tes pas m'était comme une musique que j'avais entendue une nuit à la lisière de mon sommeil qui me rejoignait enfin. 
Peux-tu me reconnaître après tous ces temps passés et je sais que tu me reconnaîtras, car je n'ai point changé pour toi, j'ai suspendu le temps qui cavalait tumultueusement dans les ornières de mes pas. 
D'ailleurs, toi aussi, tu n'as pas changé, je t'ai gardée en tête comme au premier jour de ton envol si léger et frileux, avec ton regard de velours, tes cheveux aux vents qui étalaient leurs couleurs diaphanes dans mes veines.
Je t'écrirais toujours jusqu'au printemps de vie, de toutes les vies.

mardi 29 août 2017

Ma chanson fétiche: Le Lac Majeur



La chanson de Mortimer Schuman, le lac majeur, qui m'a longtemps et bien longtemps accompagné quand mon âme était triste.

 A quel moment de l'histoire italienne se réfèrent les paroles de "Il neige sur le lac Majeur" ?

jeudi 17 août 2017

Easy to remember - Stacey Kent

                                                                                                                                                                                                                                                           Une petite pause, je vous laisse avec Stacey Kent



Je ne suis qu'un brin de temps
Dans cette immense éternité
Mon passage est un trait de lumière
Parmi les innombrables étoiles en suspens
Je faufile comme un feu follet
Dans le coeur des astres en dentelles 
                                     Bizak